Rando Haut Pays Bienvenue dans la rubrique Haut Pays.

Introduction

Le haut pays des Alpes-Maritimes

Le Haut Pays des Alpes-Maritimes, adossé à la crête frontière avec le Piémont italien, déroule ses vallons encaissés et ses multiples cimes entre 1 500 et 3 000 m, pour culminer parfois au-delà, du mont Ténibre (3 031 m) au mont Clapier (3 045 m) en passant par le géant local, le Gélas avec ses 3 143 m.

Le haut pays des Alpes-Maritimes

Il s’agit sans nul doute d’une des grandes destinations alpines françaises que l’Etat a d’ailleurs classée “Parc National” dès 1979 en reprenant le nom de l’ancienne réserve nationale de chasse créée en 1946 : le Mercantour.

C’est un espace attachant qu’on aimera parcourir au fil des vallées orientées Nord-Sud, arrosées par des rivières aux eaux pures qui maintiennent en maint endroit de véritables oasis de verdure même au plus chaud de l’été.

Les névés éternels des hautes combes, une faune d’une densité exceptionnelle complètent la richesse d’une flore réputée, souvent endémique.

Les névés éternels des hautes combes

Alors, au départ des villages traditionnels comme depuis les stations de ski en manteau estival, combien de courses matinales sur les arêtes, combien de randonnées plus paisibles sur les cols ou autour des lacs attendent le visiteur !

Celui-ci trouvera dans le haut pays des Alpes-Maritimes les traces d’une occupation séculaire de la montagne : des cabanes d’alpages aux enclos de pierre, des chemins muletiers aux immenses alpages en passant par les nombreux “écarts” (hameaux excentrés), on vérifiera combien nos vallées portent témoignage d’une économie agro-pastorale qui a jadis investi tout l’espace montagnard durant la belle saison.

On pourra dire que sans atteindre à la splendeur des paysages glaciaires des très hauts massifs, le Mercantour possède un atout majeur grâce à l’extrême diversité de ses paysages qui déroulent leurs mille facettes au fil des vallées : grandes étendues du haut Var, pélites rouges du Cians, lacs de la haute Tinée, cimes altières de la Vésubie, forêts de la Bévéra et aussi “merveilles” de la Roya, rares sont les régions pouvant offrir un tel cocktail à quelques encablures de distance.

Le guide RandoPédestre consacré au Haut Pays s’efforce de présenter une sélection de parcours à l’intérieur de ces différents sites pour en appréhender au mieux l’incroyable diversité, mais il appartiendra bien sûr à chacun d’inventer de nouveaux itinéraires sillonnant vallons, cols et crêtes.

Le pays aux 100 villages ...

Des villages et hameaux du moyen pays, on retiendra avant tout l’esthétique et l’harmonie de l’architecture, les couleurs pastel fondues dans un environnement champêtre, les toits de tuiles rondes ou d’ardoises qui émaillent un paysage verdoyant aux lignes équilibrées.

Le pays aux 100 villages ...

Châteaux et citadelles, vestiges d’enceintes, ruines moyenâgeuses, ruelles pavées, chapelles ou églises classées apportent leur note historique, démontrant à l’envi que des siècles durant la vie économique et culturelle de l’extrême Sud des Alpes a connu une grande intensité.

Aujourd’hui, reconvertis dans le tourisme vert, abritant en leur sein auberges communales ou gîtes ruraux, les villages du moyen pays organisent leur devenir autour de leurs richesses naturelles que vient optimiser un regain de l’activité agricole et de l’élevage : les vacanciers y jouiront de ces étés flamboyants où l’on peut goûter les saveurs du climat méditerranéen, mais il ne faudra pas pour autant négliger le printemps avec ses verts tendres et ses éclosions de primevères ou de soldanelles, ni l’automne et ses teintes rouge-orangées qui envahissent les versants boisés de feuillus.

Pour le visiteur, la découverte pédestre de ces jolis bourgs témoins des âges passés et de leurs campagnes paysagées permettra d’oublier un instant les contraintes de la civilisation urbaine et de revivre à sa manière la grande épopée montagnarde écrite durant le deuxième millénaire.

... et aux 100 visages

Jadis nourricier et même généreux malgré un relief souvent hostile et une terre ingrate, le moyen pays des Alpes-Maritimes offre au randonneur une nature humanisée où cohabitent les diverses facettes d’une économie agro-pastorale séculaire.

Si souvent la forêt reprend ses droits depuis quelques décennies et envahit inexorablement les audacieuses restanques (terrasses de culture), on pourra admirer çà et là les fières bastides des plateaux calcaires ou les modestes granges aux toits de chaume des vallons ignorés, les bories de pierre ou les casouns typiques qui abritaient bergers et paysans au gré de leurs migrations saisonnières.

Ici une source de tuf, là un torrent résurgent se jetant en cascade dans des gorges creusées au fil des millénaires ou encore des canaux d’irrigation inventifs traversant éperons, parois ou précipices : autant de signes de l’omniprésence de l’eau ...

Champs de labour, prés de fauche, arbres fruitiers, forêts de production, reboisements patients, autant d’empreintes des soins attentifs de générations laborieuses.

Et puis bien sûr les senteurs mêlées de la flore méditerranéenne, ce savoureux cocktail de lavande, de thym, de romarin, de genêts qui embaument tour à tour les versants chauffés par un soleil ardent.
Justement, le soleil trouve en ces lieux abrités par un relief escarpé où s’imbriquent vallons et croupes, plaines et crêtes, un territoire idéal pour faire régner, été comme hiver, sa toute-puissance : si les adrets paient parfois un lourd tribut aux incendies, on saura malgré tout goûter ce climat à l’aménité rare qui caractérise le moyen pays des Alpes-Maritimes.

... et aux 100 visages

D’ailleurs la randonnée pédestre, pour peu qu’on évite les plus redoutables canicules estivales, s’y pratiquera au rythme des saisons, quasiment tout au long de l’année.

Si certains hivers neigeux enveloppent soudain les crêtes d’un linceul blanc, une subite hausse de température ou une pluie sournoise auront tôt fait de redonner au paysage sa physionomie habituelle.

D’une vallée à l’autre, les routes quant à elles sillonnent sans faiblesse plis et replis, contournent les crêtes ou enjambent les canyons, relient entre eux hameaux et villages où les habitants maintiennent les traditions transmises au fil des siècles : la gastronomie locale, simple et goûteuse, enrichit notamment de sa variété ce terroir attachant.

Ainsi à quelques kilomètres du littoral, un réservoir inépuisable de balades en moyenne montagne apportera au visiteur venu de Cannes, Nice ou Menton un dépaysement complet, depuis la Siagne à l’Ouest du département jusqu’à la Roya à l’Est, en passant par le Loup, l’Estéron, le Var, la Tinée, la Vésubie, la Bévéra et le Paillon.

La sélection d’itinéraires présentée dans ce guide, pour incomplète et empirique qu’elle soit, s’est efforcée de retracer au mieux la diversité des horizons de ces vallées à l’accent chaleureux qu’on appelle le moyen pays des Alpes-Maritimes.

La Côte d'Azur, à l'Est de Nice

Entre Nice et Menton, la synthèse des paysages de l'arc alpin finissant et des rivages abrupts de la Méditerranée justifie pleinement la dénomination d'Alpes-Maritimes : on culminera souvent au-dessus de 1000 m, le regard embrassant aussi bien les lointaines cimes du Mercantour que les plages de la Riviera mentonnaise, les villages de l'ancien comté niçois ou les buildings monégasques.

Arpentant les caps ou lancés à l'assaut des corniches et des bastions calcaires, les sentiers sillonnant les pays niçois ou mentonnais séduiront les amateurs de marche et de découverte tout au long de l'année grâce à un climat d'une douceur privilégiée et à des paysages grandioses.

Ces contrées abritées des vents du Nord par un relief hardi bénéficient en effet de conditions enviables qui ont permis la croissance d'une flore endémique ou exotique au gigantisme parfois démesuré, comme l'attestent les magnifiques parcs ou jardins dont se parent les villas de maître.

De Levens à Peille en passant par Contes ou Coaraze, les vastes olivaies du comté niçois couvrent les collines argentées par l'arbre nourricier alors que plus à l'Est, vers Èze, Roquebrune ou Menton, les restanques complantées d'essences précieuses ou d'agrumes colorés s'accrochent à des balcons de vertige au-dessus des flots.

Adossés aux falaises ou juchés sur des éminences, les villages aux venelles pavées étagent leurs hautes demeures qui fleurent une sérénité acquise au prix de siècles d’histoire, invitant les randonneurs à quelque halte bienvenue.

La Côte d'Azur, à l'Ouest de Nice

À l'Ouest du Var, la Côte d'Azur se pare progressivement d'un large manteau vert et si les métropoles de Cagnes-sur-Mer, Antibes, Cannes ou Grasse connaissent un essor urbanistique conséquent, on pourra mesurer l’étendue des espaces naturels en gravissant les “baous” calcaires du pays vençois, les “puys” du pays grassois ou les collines de l'Estérel.

Pour être rares, les balades en bordure de rivage dépaysent complètement et l'on sera surpris d'y découvrir un littoral farouche aux roches dentelées du côté du cap d'Antibes, des îles de Lérins ou de la pointe de l'Aiguille, loin des marinas, des plages ou des ports de plaisance.

Dès qu'on s'écarte de la côte, une dominante sylvestre investit le paysage, alternant chênaies et pinèdes, olivaies et parcs naturels avec sur les contreforts de Mandelieu-la-Napoule ou Théoule-sur-Mer un feu d'artifice de mimosaies au jaune éclatant sous le soleil chaleureux de l'hiver méditerranéen.

Plus haut, les belvédères préalpins entourant la profonde percée du Loup, frôlent ou dépassent même les 1000 m d'altitude : ils permettront d'admirer un panorama d'une exceptionnelle ampleur et d'un équilibre pictural remarquable où se fondent le vert et le bleu, seulement séparés par la fine ligne blanche de la mégalopole côtière.

Les villages médiévaux, fiers de leur héritage architectural, ouvrent leurs remparts au visiteur, alignant boutiques d’artisanat, ateliers de sculpture ou de poterie, galeries de peinture ou tables raffinées et il fera bon arpenter leurs ruelles au hasard d’un périple autour de Vallauris, Biot, Valbonne, Auribeau-sur-Siagne, Gourdon, Tourrettes, Saint-Paul ou encore Saint-Jeannet.

Rechercher
Cartographie
Rechercher cartographique
Les randonnées les plus consultées.
Les plus consultées
1. Boucle de la Barlatte
2. Vallée des Merveilles
3. Lacs de Prals
4. Circuit de Trécolpas
5. Sentier Planétaire
Les randonnées de saison.
Randonnées de saison
Circuit de Roure
Gorges de Daluis
Circuit de la Couletta
Circuit d'Amen
Boucle de la Barlatte